www.itinerairesbis.com, c'est aussi des adresses d'Hôtels de Chambres d'Hôtes et de restaurants. Cliquez sur ce bandeau pour les découvrir

 

www.itinerairesbis.com idées de séjours et voyages

Conseils avant de partir aux voyageurs qui visitent le Cambodge

 

 

Voyage au Cambodge

Je suis arrivée à Phnom Penh par la « Royal Air Cambodge » en provenance de Bangkok. Vol court et service parfait. ( j'avais raté mon vol du matin, le 25 décembre 96, et pris le vol du soir sans problème) Les visas étant délivrés à Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.l'aéroport de la capitale, j'en ai profité. Encore une fois, j'ai partagé un taxi avec d'autres voyageurs, et je suis allée dans un guest house au bord du lac Tonle Sap, très belle vue, et question vie nocturne, les insectes se font une de ces fêtes...
Quelques jours après je retrouvais une amie Belge vivant ici, et elle m'accueillit superbement...Dans un riche quartier de la ville, une petite rue calme, un appartement très luxueux, une terrasse de rêve, bordée d'énormes plantes vertes de toutes sortes, palmiers, et autres natures exotiques...Je suis restée chez elle deux semaines, j'ai pris le temps de visiter la ville folle de Phnom Penh, essayer les motos-taxi, m'asseoir en amazone, comme les jeunes cambodgiennes...  C'est assez confortable je trouve, j'aime beaucoup !
La circulation est cocasse, chaotique, des motos, cyclos-pousse, quelques voitures, mais très peu si ce n'est des grosses cylindrées, pas de taxi «normaux », que des motos-taxi ! (en 97)
La plupart des routes sont en terre battue, les belles villas, subsistantes de la « plus belle ville d'Indochine », qui les longent sont bien sales...
Phnom Penh s'étend au confluent de trois grands fleuves : le Mékong, le Tonlé Sap et le Bassac, il fait bon se reposer sur l'une des rives, et regarder les pêcheurs jetant leurs filets ronds, ou se faire aborder par un marchand de glaces faites maison (...) , parlant français, le regard expressif, mais triste... Ce qu'ils ont vécu sous Pol Pot ne date que de 20 ans!!! Les jeunes d'aujourd'hui peuplent les rues, les night-clubs, parlent l'anglais... (du moins essaient.... )
Beaucoup d'expatriés se sont installés, certains travaillent dans des ONG, d'autres ont des restaurants, c'est très agréable de retrouver la cuisine française après plusieurs mois de voyage, malgré que la ville regorge de délicieux petits restaurants et gargotes de toutes sortes...

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.27/12/96
Assise au pied du Wat Phnom, je découvre l'histoire de ce petit temple qui veut, selon la légende, que Dame Penh fit construire pour abriter les images en bronze du Bouddha qu'elle avait trouvé au creux d'un arbre qui dérivait au gré des flots.
Haut de 27 mètres, il domine Phnom Penh qui signifie « Le mont de la Dame Penh ». Le stupa contient les cendres du roi Pona Yat, bâtisseur de la ville.
Située dans l'enceinte du Palais Royal, une autre Pagode, et non des moindres,  le "Wat Preah Kaeo" est plus connu sous le nom de la Pagode d'argent dont le sol est fait de 5000 pavés d'argent pur, pesant chacun 1100 grammes. Le centre de la Pagode abrite un petit Bouddha de cristal du 17eme siècle, et devant lui, trône un grand Bouddha de 90 kilos d'or massif et incrusté de 9584 diamants, ce sont les bijoux du Roi Norodom Sihanouk (1859-1904) dont le visage est à son effigie. De chaque côté, Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.méditent un nombre incalculable de Bouddhas, représentant des hauts dignitaires bouddhistes, dont l'un est recouvert de 1000 diamants...
Phnom Penh est une petite ville calme en apparence, facile à s'y retrouver, car les rues sont numérotées. La meilleure saison pour venir au Cambodge se trouve dans la période sèche, de novembre à mars, le ciel est alors tout bleu, la chaleur est plus supportable car les pluies sont finies...
Janvier 97, je prend le bateau rapide pour Siam Reap, la petite ville près du fameux site d'Angkor...
«  Installe-toi sur le toit, c'est plus safe! » Ça fait presque cinq heures que je suis installée sur le toit de ce "speed" boat, j'entends des drôles de sifflements passant près de moi, "COUCHES-TOI!!!" me crie ma voisine... On tire???.. Sur nous???... C't'une blague???!!! Ben non! ..... Ça commence bien! Bon, j'arrive quand même entière à Siam Reap... Je me suis trouvée un bien mignon guest house, le "Naga G.H.", 1$ la nuit!! La salle de bain est commune, mais qu'est ce qu'elle est clean! J'installe mes affaires, papote avec les proprios, et décide d'aller au marché, le resto du guest est un peu cher quand même.. Sur le chemin, des cambodgiens me regardent, et rigolent sur mon passage, serait ce à cause de mes deux tresses et de mon sarong? Je croise d'autres touristes, en short et dos nus, mais Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.je suis bien comme je suis... J'ai un très bon feeling dans ce gros village qu'est Siam Reap, très peu de voitures.. Poussière et chaleur à volonté, mais on est moins harcelé qu'à Phnom Penh. je dîne d'un "Homock poisson" dé-li-cieux!!! Un peu comme un curry rouge Thaï au poisson, mais moins épicé et avec plus de lait de coco et puis d'autres herbes... j'adore les marchés, c'est parfois vraiment une énigme de savoir ce qu'ils vendent... J'aperçois une petite échoppe de jus de canne à sucre, j'adore les jus de canne à sucre! Drôle de goût.. Un peu amer.. C'est pas du jus de canne à sucre... Je ne parviens pas à savoir ce que c'est... - "Vous parlez français?" me dit le marchand, tout ridé. - "C'est du vin de palme. Le matin, le vin est très doux, et au fur à mesure que la journée se passe, il devient plus amer, il faut revenir demain matin, pour goûter la différence.. Vous êtes française?" - "Non, Belge".. - "Oh, c'est terrible ce qui se passe chez vous avec les petits enfants!" (Mais c'est pas vrai!!! Marc Dutroux devient le Belge le plus célèbre!!! Déjà en Birmanie on m'avait dit la même chose !!!)
Je continue mon petit tour, et retourne au Naga. J'installe mon hamac sur "ma" terrasse, et regarde les gens passer sur le petit chemin de terre rouge qui longe le guest house. Quasi tout le monde porte le "krama", foulard à carreaux typiquement khmer. On retrouve les chapeaux de paille pointus, toute une famille, parfois jusqu'à quatre générations, sur une même petite moto.. Le hamac est un peu mon "fauteuil de voyage", j'essaie toujours dans avoir un dans mon sac.. J'suis cooool...... Tellement heureuse...

Angkor Vat, 5h 45 du mat'.
Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Le soleil pointe son nez derrière le temple, sur l'étang les fleurs de lotus rose s'ouvrent lentement à la lumière du jour. Le ciel est tout dégradé pastel, bleu, rose, orange, il fait encore quasiment nuit dans mon dos.. Les oiseaux s'éveillent et chantent de bonheur. Les moines dans leurs robes orange, s'en vont, leurs grands bols noirs en main, chercher leur déjeuner au village, et "mendier" de porte à porte. Une fois passé midi, ils ne pourront plus manger jusqu'au lendemain. Je ne trouve pas de mots assez beaux pour exprimer mon émotion devant un tel spectacle. Je rentre dans le temple, monte les escaliers, m'assois, et m'extasie... Les Apsaras, danseuses des dieux, sont superbement sculptées partout dans la pierre... J'ai des frissons de bonheur, je rentre, et admire d'abord une statue de Vishnu, aah, je l'aime bien celui-là! Plein d'offrandes autour de lui, des fleurs fraîches sur ses épaules, il est magnifique...
Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Angkor Vat est gigantesque, c'est le mieux conservé de tous les temples dispersés dans Angkor. Je ne sais pas où jeter mon regard, mes yeux grands ouverts malgré la fatigue, je suis au septième ciel. Je fais le tour des terrasses, 500 m. de chaque côté, et regarde attentivement les murs où sont délicieusement gravées des histoires du Ramayana, comme celle de Krishna, conduisant Garuda à une bataille. Il gagne contre Bana, qu'il capture et demande la grâce de son prisonnier auprès de Shiva. Sur les
terrasses supérieures, les Asparas dansent, elles sont féeriques, je ne trouve pas d'autres mots... Je reste dans Angkor Vat jusqu'à la tombée de la nuit...
Ta Phrom, 6 heures du mat' le lendemain... . Ah ....Glub....
WAOUOUOUOUhhhhh....... Pfff.....  C'est trop beau, c'est pas possible!!! Au dessus de la porte d'entrée, un énooorme visage regarde vers les quatre points cardinaux. Je rentre, marche sur le chemin de terre, et je ne m'en écarte pas à cause des mines... Il fait un calme incroyable, je suis bouche bée, la seule si tôt ce matin, "je découvre" Ta Phrom, à moitié enfoui dans la jungle...Encore des statues merveilleuses sur les murs, parfois cachées par d'énormes racines.
Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Bien installée à coté d'une Apsara, je contemple, je rêve, je délire...Devant moi, un gigantesque arbre mort aux délicieux reflets d'argent, se dresse majestueusement au dessus d'un mur du temple. Ses grosses racines de chaque côté du mur, se mêlent aux pierres, si vieilles et si belles, si colorées, allant du gris clair au turquoise, en passant par le rouge, le gris foncé, le beige... Elles se mêlent aux feuilles et branches, aux buissons grandissant jusqu'à devenir de majestueux et merveilleux arbres..
La nature, la jungle tout autour dégage une odeur très douce, très agréable. Il a plu cette nuit, ça accentue l'odorat. D'étranges cris d'oiseaux viennent ajouter une mélodie fabuleuse au charme et à l'harmonie que dégage Ta Phrom.. Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.J'observe de tous mes sens, vue, odorat, toucher, je profite de l'instant présent, j'écoute les sons de la nature, les cris étranges de je ne sais quel animal, les chants aux tonalités différentes des multiples oiseaux multicolores. Cet endroit, a un goût de Nirvana. De très nombreux papillons jaunes, rouges, bleus, noirs, blancs, de formes et de grandeurs variées virevoltent dans l'air humide de ce printemps khmer.. Les pierres commencent à être un peu dures pour mes tendres fesses... Je m'en vais chercher un autre petit coin peinard, où je pourrai installer mon hamac.
Ce matin après un extraordinaire petit dèj', j'ai pris une moto taxi et suis partie visiter les trois temples du « Roluos Group» qui comprend le «Bakang », le « Preah Ko », et le « Lolei » où je suis actuellement. Un monastère a été construit autour du Lolei, quelques moines me disent des « hello what's your country ? », me demandent des cigarettes( !), et nous parlons cinq minutes en petit anglais-petit khmer (petit chinois quoi) ensuite j'installe mon hamac entre deux cocotiers, et me voilà encore en train de rêver devant un temple. Quelques Apsaras bien jolies subsistent, gravées dans la vieille pierre. J'entends les moines chanter leurs prières Bouddhique, j'adore les vibrations que ces chants dégagent, même si ça peut paraître monotone à certains.
Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Une superbe khmère est à côté de moi me regardant écrire, je lui ai expliqué que j'écrivais mon journal de voyage, je pense qu'elle a compris. Deux tout vieux moines sont venus me regarder, ils sont géniaux ! Il y en a un qui n'a presque plus de dents tellement il a mâché du bétel ! Il éclate de rire en voyant la touriste installée dans son hamac et dans le jardin de leur monastère. Je ne pense pas qu'ils voient souvent des touristes perchés entre les cocotiers des temples ! Dans un quart d'heure, je reprendrai la moto-taxi (motodop' comme on dit ici) et j'irai encore contempler le coucher de soleil à Angkor Vat, après 17h, il ne faut plus de tickets).
La jolie Khmère est toujours là m'observant dans tout les détails, et je fais de même...Elle a un chemisier tout simple, mais d'un Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.sublime bleu roi. Son sarong orange est brodé de fleurs rouge foncé, ses longs cheveux noirs sont accrochés avec une fleur de frangipanier qui dégage un parfum sucré et envoûtant. De petites boucles d'oreilles en anneaux d'or. Mince, quelques rides déjà se sont installées, elle ne doit pas avoir plus de 40 ans. Ses grands yeux noirs sont bridés mais presque ronds, je n'ose pas la prendre en photo. J'ai réussi à lui demander son âge, elle a 33 ans. Ça y est, 4 jeunes viennent d'arriver, et me regardent écrire en papotant. L'un deux doit avoir 6 ans, qu'est ce qu'il est sale ! Tout noir, mais vraiment tout mignon aussi. Les jeunes filles bien sur « By a scarf Madam » (achetez un foulard madame), je n'en ai pas besoin, mais leur en prend un quand même, à 1$, je ne marchande pas... Deux autres jeunes filles sont venues s'ajouter au groupe de spectateurs ! Je dois vraiment avoir l'air folklorique pour eux !
Le drapeau du Bouddha flotte au vent, au sommet du stupa blanc, je vais arrêter ici le spectacle, et vais aller voir le sunset sur Angkor Vat. Au revoir petites filles et jolies femmes, vous avez de ces yeux... Pendant que vous vous extasiez sur ma peau blanche, je m'extasie devant vos sourires, superbes, vos yeux noirs comme toujours souriants, et votre curiosité apparemment toute naturelle. Le chemin du retour fut encore une fois vraiment grandiose... Le chauffeur conduit bien sur ces routes Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.défoncées, je voudrais prendre des photos non stop, il me faudrait plutôt une caméra! Les villages que nous traversons sont très typiques, les gosses nus devant le pas de la porte, les femmes tirant de l'eau au puits, ou faisant leur lessive, les hommes s'occupant des animaux dans la rivière, ou au volant de deux ou trois roues remplies de choses des plus diversifiées.
Le coucher de soleil sur Angkor Vat est encore une fois extraordinaire... Les rayons percent les nuages, les différents tons de bleus ou de roses partout autour du temple me font l'effet d'un voyage sous une drogue hallucinogène, je ne réalise pas que je ne suis pas devant la télé, ou dans mes rêves d'adolescente...
Le lendemain, au resto du guest house, il est 7h du mat', Lucio s'en retourne à Phnom Penh, il s'était acheté un ticket d'une semaine pour visiter le site d'Angkor, et ne l'a utilisé que cinq jours, il me le donne, chouette, Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.encore deux jours de visite gratuite pour moi ! Je suis ici depuis 15 jours, je ne me lasse absolument pas de voir ces temples grandioses. Je suis installée sur un muret entourant Angkor Vat, le soleil perce difficilement les nuages. A l'entrée principale, un aveugle joue d'un espèce de violon à trois cordes,  une jeune Khmer vend du vin de palme (je lui en prends deux verres), une autre des boulettes de pudding à la noix de coco. Je ne parviens pas à décrire ce merveilleux temple, je voudrais bien mais je ne me sens pas capable de le décrire avec l'honneur qu'il se doit.
Une légende s'y attache... Indra, le roi des dieux, voulu que son fils, Kétoméala, destiné à régner sur le Kampuchéa eut un somptueux palais. Il l'emmena visiter ses propres palais célestes, et Kétoméaléa, par modestie choisit les écuries. Pisnouka, fils d'une danseuse céleste ayant appris les arts aux pays des dieux, fut envoyé comme architecte. Angkor Vat (la ville temple) fut donc construit. Indra fut ravi, il y présida le couronnement de son fils. Pisnouka construisit d'autres temples dans Angkor Tom (la grande ville), et encore maintenant, à chaque nouvelle construction, une offrande est donnée à Pisnouka..../...
Je commence seulement à réaliser que je me trouve dans un des plus beaux endroits au monde, et je dois penser à repartir vers la capitale... J'ai réservé une place dans le « medium boat », demain, réveil à 5h 30 du mat'.........

Récit de Fabienne.

Retour choix Asie

Pour trouver un Hôtel un Restaurant,
Nella recherche des adresses d'hébergement
ou un hébergement chez l'habitant...
Suivez Nella la coccinelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette page est protégée par un ©Copyright toute reproduction partielle ou totale est strictement interdite sans l'accord écrit du site www.itinerairesbis.com