www.itinerairesbis.com, c'est aussi des adresses d'Hôtels de Chambres d'Hôtes et de restaurants. Cliquez sur ce bandeau pour les découvrir

 

www.itinerairesbis.com idées de séjours et voyages

Conseils avant de partir aux voyageurs qui visitent la Birmanie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La route du JADE

(Visite du YUNNAN à La BIRMANIE)

Qui n'aurait rêvé un jour de suivre les pas de Marco Polo et de marcher sur ses empreintes pour découvrir l'une des nombreuses routes de la soie, celle qui mène au pays du "Jade Impérial", celle qui va nous conduire de la Chine à la Birmanie?

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo. Kunming Dali Ruili Lashio Hsipaw Maymio Mandalalay Pagan Pindaya Lac Inlé Rangoon Bago Mawlamyine Kalaw Notre voyage durera 25 jours, sous une température de 20 à 30° en novembre (un peu plus dans la plaine de l'Irrawady), époque idéale pour entreprendre ce genre de circuit. Notre groupe sera constitué de 6 personnes dont 4 se connaissent déjà.

Notre long parcours connaîtra  certaines sensations au passage de la frontière Sino-Birmane estompées par la qualité de nos guides de chaque côté de la frontière.

Mais laissons là ces désagréments  largement compensés par les richesses d'un  des circuits les plus beaux et les plus magiques grâce à la rencontre de ces gens au contact si facile et au sourire permanent.

Chine

KUNMING, surnommée "ville de l'éternel printemps" en raison de son climat très doux est une étape incontournable où nous visiterons entre autre les Collines de l'ouest ainsi que le Temple des Bambous et ses 500 statues de Bodhisattwas (réincarnation de Boudha) dans diverses poses très expressives au point que chacun peut y trouver son sosie.

Nous partons pour LUNAN où se trouve la forêt de pierres. C'est endroit est très curieux, la mer s'est Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.retirée il y a des millions d"années et a laissé place à des petites montagnes de calcaire qui ont été sculptées au fil du temps par les vents dans un chaos labyrinthique où il fait bon se perdre au milieu des groupes chinois qui viennent ici en nombre. J'y reviens, pour ma part, pour la 6ème fois revoir Liu Qi Xin, brodeuse et marchande d'artisanat de la région comme la plupart  des habitants du site, les SANI (branche des YI) au sourire caractéristique et charmeur.Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.

Après cette visite, nous reprenons la route pour Kunming en faisant de trop brèves étapes dans des villages typiques "Han" et "Sani" et finissons la soirée à un spectacle traditionnel des minorités, nombreuses au Yunnan.

Nous prenons ensuite l'avion pour DALI (aéroport de Xiaguan, capitale administrative et économique du district), capitale du royaume historique célèbre de Nanzhao (7ème/9ème siècles)

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Nous croisons au marché du lundi, au nord du lac Eraï, les Bai, Jingpo, Achang et Lisu qui peuplent la région avec leurs chevaux très petits mais très robustes. La promenade sur le Lac nous donne un panorama grandiose sur les montagnes qui lui servent d'écrin et "les Trois Pagodes" accrochées à leurs flancs. La plus haute domine de ses 70m ses petites sœurs de 42m dont l'air penché est dû aux nombreux tremblements de terre de la région. La visite d'une fabrique artisanale de batiques dans un décor séculaire nous fera apprécier la patience, le charme et la gentillesse des 4 jeunes sœurs qui en sont l'âme.

Nous prenons la route de la Birmanie(en travaux à ce moment) pour atteindre BAOSHAN.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Nous enjambons au passage le Mékong qui se fraie un chemin au milieu de cette région montagneuse (pont Jihong).Temples et pagodes sont encore au menu, dont le temple du Boudha couché dans les monts du Yunyan, la pagode Wembi et le monastère de Guangzun.

Pour atteindre TENGCHONG, nous traversons le fleuve Nujiang, puis la chaîne des monts Gaoligong et 2 cols plus tard nous arrivons à Tengchong (1650m), Station thermale. La vie de toute la région, riche d'une vingtaine de volcans, tourne autour des sources d'eau chaude, des massages, des ventouses en bambou, des bains…

Nous rencontrons aux alentours de nombreuses ethnies Jingpo, Dehong, De'ang, Daî, Achang que nous retrouverons en Birmanie sous d'autres noms (Jingpo=Kachin, De'ang=Palaung).

Toujours sur le tracé des pistes caravanières du Jade et de l'Inde, nous passons de la vallée de la rivière Daying (Yinyang) à celle de la rivière Shweli, frontière avec la Birmanie que nous allons franchir à RUILI.

Nous quittons avec regrets Yang Ze, notre guide chinois qui aura été efficace jusqu'au bout: avant de sortir du territoire, nos autorisations doivent apparaître sur les écrans informatiques de la douane chinoise qui ne parvient pas à se connecter avec Kunming (lieu d'entrée).

Myanmar (Birmanie)

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Pas de problèmes de ce genre pour les douaniers birmans de MÖNG YU. C'est la grande tradition britannique "papelardèsque" qui nous attend, grandement facilitée par notre nouveau guide birman, Win. A peine les présentations  faites, celui-ci disparaît pour un moment qui nous paraît interminable avec nos passeports et visas. C'est en fait pour remplir manuellement en plusieurs exemplaires les différents documents nécessaires à notre entrée et notre circulation dans le territoire. Nous serions bien incapables de répondre aux questions des fonctionnaires locaux  qui ne connaissent que le Birman et le Chinois. Une dizaine de touristes seulement nous ont précédés à cette frontière depuis sa réouverture, il y a 2 mois.

Nous reprenons la "Burma Road", au trafic intense. Des camions surchargés de produits chinois divers défoncent la route, tandis que nous croisons des bus et pick-up "débordants" de travailleurs birmans transfrontaliers. A nous la Birmanie!

…Sauf que, soudain, route barrée, militaires "arme au poing" dirigent tous les véhicules vers une aire de stationnement boueuse. Là, des files de camions attendent de passer sous de vastes hangars équipés de Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.hautes plates-formes d'où les douaniers peuvent contrôler les marchandises en faisant retirer les bâches. Pour éviter d'aller plus loin dans le contrôle (le débarquement éventuel de toute le chargement) les convoyeurs doivent se montrer patients et compréhensifs (financièrement) envers les fonctionnaires zélés et armés qui grouillent autour d'eux dans des uniformes incertains. Win nous expliquera, à son retour des "bureaux" que le mieux est d'avoir sur soi des "lettres de recommandation"  d'un notable ou d'un général bien placé. De son côté, discrètement, le chauffeur remet quelques billets à un enfant de 10/12 ans surveillé de près par des sbires, destinataires réels de la monnaie. Mieux vaut connaître les tarifs, sous peine de rester bloqués plusieurs jours parfois, Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.jusqu'à la fixation de la "taxe" après évaluation détaillée du fret.

L'efficacité de notre guide et de notre chauffeur nous permet de reprendre la route. Ils nous conseillent cependant de ne pas ressortir nos appareils photos trop vite des sacs. L'ambiance reste un peu lourde. En effet, quelques kilomètres plus loin, de nouveaux barrages nous attendent:  l'un pour l'armée fédérale, l'autre pour l'armée régionale Shan, un troisième  pour les autorités locales. Nous les franchissons sans trop de tracas grâce à la fameuse "lettre de créance" très efficace. Enfin, "libres" au bout d'une trentaine de kilomètres, notre inquiétude s'évanouira devant la beauté du paysage fleuri et l'accueil souriant et chaleureux à notre première halte et pendant le reste du voyage.


Nous atteignons LASHIO, capitale de l'Etat SHAN du Nord située à 800m d'altitude. C'est une région où se côtoient 35 minorités que nous découvrons à l'important marché qui anime le centre-ville.

Plateaux et montagnes se succèdent au fil d'une route toujours embouteillée et accidentée: pannes, Clquez sur la vignette pour agrandir la photo.crevaisons ou surcharge, mieux vaut avoir un véhicule pas trop large et en bon état. Nous arrivons à HSIPAW, typique bourg de Shan, situé à 600m d'altitude dans la plaine de la Dokhtawaddy, longtemps capitale d'une puissante principauté Shan. Tressage, mandariniers, fabrique de nouilles, artisanat, promenade sur la rivière et architecture traditionnelle sont les principaux atouts de cette paisible bourgade (et toujours la gentillesse et le sourire de la population si photogénique). A quelques kilomètres, la Pagode Bawgyo est l'une des plus sacrées de tout l'Etat et lieu de pèlerinage réputé.

Nous partons pour une journée de marche vers le village de Pankha, habité par l'ethnie Schwe Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Palaung (Palaung doré) à travers forêts et cultures (thé, café, riz, maîs…). Nous passons la nuit dans la maison sur pilotis du chef de village sur des nattes tressées, à même le sol.  Un guide local, libraire qui ose afficher le portrait de Aung San Su Yi dans sa boutique, sert de lien entre nous. En redescendant vers Bawgyo, celui-ci nous initie à l'univers des "Nats" en traversant les villages,  car les Shans, tout comme les Birmans, sont boudhistes mais croient également aux esprits auquels il faut rendre un culte pour éviter qu'ils ne soient malfaisants et même essayer de les faire intervenir pour avoir de la chance ou du succés.

Nous quittons à regret le calme de Hsipaw et la sérénité de ses habitants.

Nous faisons un "arrêt buffet" à MAYMIO,aux villas stylisées et au climat doux, lieu de villégiature où la nomenclatura du régime vient s'abriter de la mousson. Les officiers et fonctionnaires anglais ont cédé la place  à ceux de l'Etat du Myanmar.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.La descente du plateau Shan sur MANDALAY n'est plus qu'une formalité par cette route soigneusement entretenue par et pour ces derniers. MANDALAY, au cœur du pays, fut la dernière capitale des rois Birmans avant la colonisation par les anglais. Fondée en 1857 seulement par le roi MINDON, elle a vu s'épanouir une tradition artisanale de grande qualité dont les plus remarquables sont le "battage Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.de l'or" pour en faire les feuilles dont la dévotion des gens de toute classe habille les boudhas (en particulier le Boudha Mahamuni). Ces derniers sont d'ailleurs la principale inspiration des sculpteurs (teck, marbre, bronze) qui les exportent surtout en Chine et en Thaïlande. Tissage, marionnettes, tapis "en relief", bijoux d'argent et orfèvrerie sont disséminés aux alentours dans les faubourgs ou les anciennes capitales: AMARAPURA (fin 18éme) ou AVA (sur l'autre rive de l'Irrawady) dont l'ancien palais a fourni le bois de teck pour construire le pont U-BEIN (1,2 km).

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Nous visitons enfin la pagode KUTHODAU où nous attend "le plus grand livre du monde" (729 stèles de marbre qui reproduisent les textes sacrés boudhiques du TRIPITAKA) au pied de la Colline de Mandalay du sommet de laquelle nous contemplons  le coucher de soleil sur l'Irrawady.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Le lendemain, dès potron-minet (5h00), nous embarquons à bord d'un bateau-bus local pour rejoindre PAGAN à la nuit tombée (15 à 16h00 de voyage). Le temps s'arrête, comme le bateau, à chacune des 6 ou 7 escales pour découvrir l'animation provoquée par le passage de la diligence du fleuve: débarquement, embarquement des passagers et des marchandises, vendeurs ambulants (artisanat et/ou ravitaillement), cohorte des chars à bœufs qui relaient le transbordement.

PAGANfut la capitale du 1er empire Birman fondé au 11ème siècle par le roi ANAWRATHA. Inondations et tremblements de terre, pillages et invasions ont cependant laissé plus de 2200 temples, stupas et pagodes.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Les visites des principaux temples (SCHWEZIGON, GAWDAWPALIN, MAHABODI, ANANDA…) alternent avec les ballades dans la campagne et les villages qui servent d'écrin au site. Nous ne pouvons échapper à la visite des manufactures de laque ni aux magasins adjacents et nous avons la chance de tomber Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.sur une procession de "noviciat" qui rassemble tout un village :en tête et à la queueleuleu les "rosières" ou reines de beauté, les enfants des écoles, les adultes, les novices à cheval et enfin l'orchestre, amplifié par un haut-parleur d'époque qui en crache les flonflons, juché sur un char à bœufs.

Les bus à touristes n'arrivent pas à encore à étouffer l'atmosphère sereine du lieu, ni le trottinement des petits chevaux qui tirent imperturbablement leur charrette, ni le sourire et l'accueil de la population malgré l'insuccès fréquent d'un "marchandage" omniprésent.

Le coucher de soleil sur le site, observé depuis les perchoirs organisés que sont les plus hauts temples, amplifie encore nos impressions contemplatives fantastiques et irréelles.

L'étape suivante nous ramène par avion sur le plateau SHAN à HEHO, capitale du Sud de l'Etat. Nous prenons rapidement la route pour NYAUNGSHWE, importante bourgade, porte d'entrée du Lac INLÉ.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Je laisserai de côté les villages sur piloti, les pirogues servant de bus et/ou de chalands, les plates des pêcheurs ou celle des cultivateurs, les nombreux monastères et les jardins flottants, la façon de ramer debout avec la jambe, les nasses au filet, les artisans, les chats sauteurs et les ratons laveurs.

Mon coup de cœur pour toute cette vie lacustre si calme; si ce n'est la fumée, le bruit  et la fureur des moteurs , a été si grand que j'ai souhaité la revoir dans le cadre de la fête annuelle de la "procession-promenade" des boudhas autour du lac. C'est donc le projet que j'ai réalisé un an plus tard au mois d'octobre 2001 que je narrerai prochainement.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.A une demi-journée de route à peine à l'ouest du Lac, nous partons pour la région de KALAW (1450m d'altitude). Spécialité du coin: le TREKING chez les populations montagnardes PA-O, PALAUNG, SHAN, TAUNGYO et DANOU. L'atmosphère est celle d'un camp de base Népalais bien que cette bourgade ait été construite par les Anglais pour fuir la chaleur de la mousson. Comme MAYMYO, cette villégiature est désormais occupée par l'armée Birmane ou plutôt par ses officiers avec villas luxueuses, centres de remise en forme, golfs….et, noyé dans les villas, un orphelinat catholique survit dans une atmosphère à la "Dickens" grâce aux missionnaires fondateurs italiens. La ballade d'une journée dans les montagnes environnantes vaut l'effort ridicule si on le compare aux conditions de vie des PALAUNGS Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.que nous croisons dans les champs sur des pentes abruptes et dont nous visitons le village. La caractéristique de leurs grandes maisons en bois (teck et bambou) et sur piloti est d'abriter plusieurs foyers alignés ouvertement sur un " hall-couloir-salle commune" avec une ribambelle d'enfants courant dans tous les sens. Le restaurant népalais à moins d'une heure de marche de là nous offre son jardin fleuri pour salle à manger et un panorama superbe pour revivre notre trek.

La route pour PINDAYA est une petite merveille. Elle serpente au milieu de vallons piquetés de paysans, de buffles, de chars à zébus et de banians majestueux. Le vert tendre des choux (chinois ou non) et des rizières est marbré par les champs verts sombres de christophines cultivées sur des tonnelles. La terre rouge rubis est la trame de ce tapis de couleur.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Au pied des Grottes où sont exposés des milliers de boudhas accumulés par les pèlerins au fil des siècles, un petit bois de banians enchâsse  une forêt de stupas. Nous y croisons les montagnards Pa-o, Tauhgyo ou Danou qui se rendent à la ville, la hotte surchargée comme un camion chinois. Nous ne manquons pas la visite chez le fabricant d'ombrelles en bambou et de papier shan dont l'accueil est à la hauteur de sa réputation.

Le retour à Yangon (Rangoon) n'est heureusement qu'une étape obligée pour prendre notre train. Destination Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.MAWLAMYINE à la frontière du Pays Karen. Le voyage à travers le delta de l'Irrawady est agrémenté de nombreuses haltes dans des bourgs ou des villes aux quais très animés par des vendeurs de friandises, beignets, poulets… ou par de simples porteurs d'eau (souvent des enfants). Ils sont relayés, pendant le trajet, par des marchands-singes qui circulent sur le toit des wagons. Terminus Mottama, d'où nous prenons le ferry à la nuit tombée, au milieu d'une nuée de mouettes nourries à la volée par les habitués de la ligne. Nous traversons le puissant fleuve Salween pour rejoindre Mawlamyine, la troisième ville de Birmanie. Port, pagodes et marché sont au menu avant de reprendre le minibus qui nous a rejoint. Nous entrons en Pays Karen mais restons en bordure de celui-ci pour rejoindre le Rocher d'Or en traversant une région qui ressemble à certains coins du Viêt Nam: rizières: "pains de sucre", palmiers, bananiers, cocotiers. Temples et grottes sculptées sont en pleine rénovation pour devenir les destinations touristiques de demain si la région retrouve son calme.

Nous arrivons à Thaton, ancienne capitale des MON, installés depuis plus de 2000 ans dans la région où ils cultivent hévéas, noix de cajou et autre arbres fruitiers (pamplemousses, durians, mangoustans…). Après une nuit dans les bungalows du Moutain View Resort en pleine nature, nous rejoignons de bonne heure Kinpun, camp de base des pélerins boudhistes qui montent à pied ou en camions vers KYAIKTIYO. La fin du parcours se fait obligatoirement à pied au milieu des échoppes de boissons, objets de culte, bambous ou Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.pacotilles de toutes sortes et surtout des pharmacopées locales: herbes, dents de tigre, pattes d'ours, têtes de chèvre, peaux, saumures brunes peu ragoûtantes et bestioles séchées. La montée est rude mais ponctuée des sourires et des encouragements des autres pélerins ou des habitants qui attendent à chaque virage la panne d'énergie pour nous faire monter dans leur chaise à 2 ou 4 porteurs (selon l'envergure du client). L'ascencion se termine au Rocher d'Or, à 1100 m d'altitude, maintenu en équilibre sur le bord d'une falaise grâce à un cheveu de Boudha. La magie  continue par la simple ferveur et le recueillement de la foule qui sereinement baguenaude d'un sanctuaire à l'autre où nous retrouvons les "nats" du Pays Shan. Seuls, des rabatteurs s'agitent pour remplir les restaurants qui offrent gratuitement le gîte à leurs clients dans des dortoirs de nattes. Les moins fortunés pique-niquent et dorment à la belle étoile sur les terrasses qui entourent le Rocher et dominent la jungle et, au loin, la plaine immense. Le village de paille et de bambou qui héberge tous ceux qui travaillent sur le site est accroché au flan de la montagne. Il mérite à lui seul le détour et couronne nos efforts de son charme.

Il ne nous reste plus qu'à rentrer non sans avoir contribué à l'appellation du lieu en collant quelques feuilles d'or sur le rocher que l'on vient de badigeonner de laque pour éviter que la brise ne les vole.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Nous retrouvons notre véhicule à Kinpun qui nous ramène vers Yangon via BAGO, également ancienne capitale MÖN. Nous avons la chance d'y croiser la confrérie des triporteurs qui fêtent leur "saint patron". La procession des véhicules surchargés de pyramides de décoration s'en va honorer le grand Boudha couché (54m) de Schwethalyaung après être passé par la Pagode Schwenawdaw, la plus grande de Birmanie, qui domine toute la région du haut de ses 114 mètres.

Cliquez sur la vignette pour agrandir la photo.Nous rentrons à YANGON par la voie rapide à péage qui traverse le Delta. C'est la fin du voyage. Il ne nous reste plus qu'à faire le tour des boutiques d'artisanat qui nous font revivre rapidement notre périple non sans avoir rendu une dernière visite à la Pagode SCHWEDAGON dont l'ambiance extraordinaire résume nos impressions.

Pays fantastique constellé des robes brunes ou rouges des moines (roses pour les nonnes), peuple merveilleux qui nous fait oublier le malaise de "sa politique" derrière le rideau de son sourire et de sa gentillesse, le MYANMARnous laisse sur un goût de REVENEZ-Y.

C'est ce que je me suis empressé de faire un an plus tard en Octobre 2001.

Récit et photos de J.F. Bouchet.

Saison du voyage: Novembre 2000.

Compagnie aérienne: Thaï ****

Climat : 20 à 30/35° selon l'altitude.

Vol Paris /Bangkok direct, puis correspondance pour Kunming (Yunnan)

Retour choix Asie

Pour trouver un Hôtel un Restaurant,
Nella recherche des adresses d'hébergement
ou un hébergement chez l'habitant...
Suivez Nella la coccinelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette page est protégée par un ©Copyright toute reproduction partielle ou totale est strictement interdite sans l'accord écrit du site www.itinerairesbis.com